Lou pistachié, un santon emblématique de la crèche

Lou pistachié en provençal ou le pistachier (en français) est un santon très important dans la crèche provençale même s’il est moins connu que certains de ses camarades comme le Ravi ou les bergers.
Il n’en reste pas moins emblématique dans l’histoire de la naissance du petit Jésus. Surtout depuis la Pastorale Maurel créée en 1844.
La pastorale provençale est une pièce de la nativité parlée et chantée au moment de Noël.
Cette pièce traditionnellement présentée en 4 actes (même si officiellement elle en compte 5) entièrement en provençal met en scène plusieurs personnages importants de la crèche, dont Lou pistachié.
Il a ainsi gagner ses galons de santon de Provence officiel

L’origine du nom de ce santon n’est pas innocente

Aujourd’hui on dirait de lui que c’est un Don Juan. Mais la vérité est là.
Lou Pistachié doit son surnom au pistachier. Cet arbuste qui pousse dans la garigue provençale a la réputation de donner des fruits aphrodisiaques.

Et si vous avez l’occasion de voir ou d’écouter une pastorale vous verrez que ce surnom lui va parfaitement, en tous cas dans celle de Maurel.
C’est pour le moins un santon atypique.

Lou pistachié, un santon à la personnalité multiple

Le pistachier est un santon particulier à bien des égards. Selon ses « créateurs » il a des personnalités différentes. Du coup et la façon de le représenter est diverse.

Antoine Maurel le fait apparaître comme un peureux doublé d’une ivrognerie notoire. Egalement beau parleur, coureur de jupon, avec un grand poil dans la main. Il aurait aussi vendu son ombre au Boumiam (bohémien) contre une bourse d’argent.
Dans ce rôle là, on verra souvent le santon de Lou Pistachié débraillé avec une seule bretelle.

Cependant d’autres pastorales, comme celle d’Audibert par exemple le présentent simplement comme un très grand chasseur mais très maladroit, qui tuera son premier lièvre lors de la nativité.

Dans tous les cas Lou Pistachié apporte à la crèche deux paniers plein de victuailles : le premier déborde de morue salée et de saucisses, le second est empli de fougasses et de pompes à l’huile.
Son santon a souvent les bras bien chargés !